Quotidiennement, des milliers de femmes et d'hommes travaillent  d'arrache-pied à faire du Québec un monde meilleur. L’action communautaire, c’est 72 000 emplois à l’échelle du Québec*, emplois majoritairement occupés par des femmes.

Selon les prévisions salariales du Conseil du Patronat, les employeurs du Québec prévoient accorder une augmentation salariale moyenne de 2,6 % en 2018, tout comme en 2017**. Les travailleuses du communautaire devront quant à elles composer encore une fois cette année avec une augmentation moyenne de 0,0%.

En effet, comme aucun nouveau crédit ne sera accordé par le gouvernement pour le financement à la mission des organismes communautaires pour l’année 2018-2019, il devient impossible pour les organismes de trouver la marge nécessaire pour offrir une quelconque augmentation de salaire à leurs travailleuses. De plus, l’indexation de 0,7% que les organismes en santé et services sociaux ont reçue pour 2017-2018 ne permettait pas plus d’augmentation des salaires puisque cette indexation ne couvre même pas la hausse des autres dépenses que les organismes doivent assumer (loyer, électricité, matériel, transport, etc.). Les organismes, faute de financement public adéquat, ne peuvent donner des conditions de travail décentes à leurs travailleuses.

Alors que la grande majorité des travailleurs du Québec pourra compter sur une augmentation de salaire cette année, les travailleuses du communautaire continueront de s’appauvrir. En n’investissant pas dès le prochain budget des crédits substantiels à la mission des organismes communautaires, le gouvernement envoie le message qu’à ses yeux, les travailleuses du communautaire sont des travailleuses de seconde classe.

*http://www.csmoesac.qc.ca/secteur-emploi/economie-sociale-action-communautaire/action-communautaire

**https://www.cpq.qc.ca/salle-de-presse/communiques-de-presse/previsions-salariales-2018-du-cpq

Vignette 4