Communiqué

 

Les organismes communautaires de la Montérégie interpellent le ministre Gaétan Barrette lors de son cocktail de la Nouvelle année à Brossard

 

Jeudi le 28 janvier 2016 – C’est en chantant « C’est assez, financez les organismes communautaires » sur un air connu, que des représentants des organismes communautaires de la Montérégie accueillent ce soir les invités au Cocktail de la Nouvelle année de l’association libérale de La Pinière où le ministre de la santé et des services sociaux, M. Gaétan Barrette est attendu.

 

Le financement actuellement versé aux organismes communautaires par le gouvernement ne suffit pas pour répondre aux besoins grandissants des gens démunis et vulnérables. Les organismes en ont assez, ils réclament un meilleur financement : « Le gouvernement doit démontrer concrètement qu’il ne laisse pas tomber les plus vulnérables de la société et ce geste doit entre autres se traduire par un meilleur financement des organismes communautaires, et ce dès le prochain budget ! » s’exclame Suzanne Demers, vice-présidente de la Table régionale des organismes communautaires et bénévoles de la Montérégie (TROC-M) et directrice de l’Auberge du Coeur Le Baluchon.

 

« Le premier ministre Philippe Couillard s’était engagé à ce que les personnes vulnérables ne soient pas affectées par ses politiques de rigueur budgétaire mais les organismes communautaires sont trop bien placés pour constater le contraire, observe Johanne Nasstrom, coordonnatrice de la (TROC-M). Non seulement la population vulnérable est durement affectée par le régime d’austérité du gouvernement, nous remarquons que les organismes communautaires sont eux aussi en situation de vulnérabilité », poursuit-elle.

 

« Le dossier du sous-financement des organismes communautaires devraient être une priorité pour le Ministre, ajoute Suzanne Demers. L’incapacité des groupes de répondre à toutes les demandes qu’ils reçoivent affecte les personnes les plus vulnérables de nos communautés. Est-ce vraiment ce que M. Barrette souhaite ?»

 

Les besoins des groupes sont importants et immédiats : bon nombre d’organismes communautaires peinent à boucler leur budget et à répondre aux demandes qui sont en hausse constante. Hausse occasionnée par le désinvestissement de l’État dans le réseau public et par la pauvreté accrue par les mesures d’austérité du gouvernement libéral. Plusieurs d’entre eux ne savent même pas s’ils pourront passer au travers de la prochaine année sans fermer.

 

Rappelons que les organismes communautaires autonomes travaillent quotidiennement auprès de milliers de femmes, d'enfants, de jeunes, de personnes âgées et d’hommes.

 

- 30 -

 

Renseignements : Catherine Jetté, TROC-Montérégie 450.204.1607

Crédit photos:

Nelson Dion, Journal Mobiles